Quand les élèves assassinent leurs profs

Article : Quand les élèves assassinent leurs profs
7 novembre 2014

Quand les élèves assassinent leurs profs

crédit photo: pratique.fr
crédit photo: www.pratique.fr

Depuis Aristote à Rousseau, tous les grands philosophes de l’humanité semblent être d’accord sur le constat suivant : l’éducation est une affaire trop sérieuse et les institutions sont incapables de la prendre en charge: la preuve cet adolescent britannique qui tue sa prof d’espagnol.

«Je sais que c’est barbare, mais je sais aussi que c’est incroyablement humain et instinctif»

(L’adolescent britannique)

Les déclarations de l’élève sont très alarmantes dans la mesure où elles peuvent influencées d’autres ados. Il a déclaré qu’il a commis cet acte abominable avec joie et fierté.

L’école qui est censé être un lieu qui cultive les valeurs nobles et universelles de l’humanité, devient de plus en plus un champ de bataille où professeurs et étudiants s’entretuent sans merci. Un étudiant assassine son professeur par-ci, et une prof jette son élève par la fenêtre de l’école par-là. Bref, le constat est amer.

Selon Le Parisien, l’expertise psychiatrique a révélé que l’élève auteur du meurtre a des  » éléments psychotiques ». Ceci met le doigt sur un point très important et que la plupart des établissement scolaire négligent souvent : l’école n’est pas faite pour stresser davantage les élèves, mais pour les aider à bien vivre et à affronter ce monde épouvantable et qui se déshumanise petit à petit qu’est le nôtre.

« (…)Sont donc appelés à philosopher le jeune comme le vieux. Le second pour que, vieillissant, il reste jeune en biens par esprit de gratitude à l’égard du passé. Le premier pour que jeune, il soit aussi un ancien par son sang-froid à l’égard de l’avenir. » 

(Épicure, Lettre à Ménécée)

On disait à raison que la philosophie est la mère des sciences parce qu’elle est porteuse des vertus extraordinaires.Et depuis la naissance de la philosophie, les philosophes ont presque tous la même finalité : aider les gens à vivre une vie en bonne et due forme. Ainsi, Platon créait l’Académie, Épicure le Jardin et Aristote le Lycée . Et le but de ses trois mastodontes de la philo était de parvenir à la sérénité de l’âme.

Aujourd’hui, on constate avec amertume que les systèmes éducatifs dans le monde s’acharnent beaucoup à remplir les têtes des élèves au lieu d’aider ces derniers a ce qu’ils aient des têtes bien faites. Et Épicure, un médecin de l’âme par excellence, qui enseignait à ces élèves que la mauvaise compréhension de la mort est un obstacle au bonheur, aurait horreur de ces élèves qui ont la rage de tuer leurs enseignants sans aucun remords.

Pour finir, la citation du Nobel de la paix Malala Yousafzai « un enfant, un enseignant, un cahier, un stylo peuvent changer le monde », semble obsolète dans la mesure où l’école ne fait que créer des obstacles à l’épanouissement des êtres raisonnables que ces élèves sont.

Partagez

Commentaires

mohamed
Répondre

oui c’est vrais que l’assassinat des profs est certainement devenu un phénomène. le prof en tant que symbole du savoir et de la connaissance est aujourd’hui menacé par ses élèves.il me parait personnellement que l’enseignement est à l’origine une affaire partagée entre plusieurs acteurs où chacun est appelé à s’engager intrinsèquement dans cette mission, a fin de la réussir en bonne et du forme.
en réalité c’est une affaire qui dépend en définitive des nouvelles mesures entreprises par le ministère de l’éducation et d’enseignement, pour faire face à ce fardeau qui pèse lourd sur un prof sérieux, vigilent, sincère, réfléchi, appliqué, attentif et jaloux voulant mener l’élève au sommet de la réussite.
ce ci nous amène dans un premier temps à nous poser une panoplie de questions: qu’il est le rôle des institutions étant concernées et médiateurs entre profs et parents? et dans un second temps quelles sont les moyens outils pour motiver les élèves à fin de les conscientiser dans un monde qui se déshumanise peu à peu?

Le Jeune Maghrébin
Répondre

Oui, le monde se dégrade petit à petit.