Il était une fois… la Libye

Article : Il était une fois… la Libye
3 novembre 2015

Il était une fois… la Libye

La Libye, ce pays qui forçait jadis l’admiration des Africains, constitue aujourd’hui une véritable menace et pour les pays maghrébins voisins, et pour la paix mondiale. Alors, quelles sont les différences entre la Libye d’hier (la Jamahiriya) et la Libye d’aujourd’hui ? 

La situation chaotique dans laquelle plonge ce pays qui nous est cher, nous pousse à nous demander s’il ne valait pas mieux pour les Libyens de supporter un régime despotique et « fou », comme celui du colonel Kadhafi que d’être à la merci des groupes extrémistes. Des groupes qui n’excellent que dans la violence. L’attentat terroriste qui a visé le 23 octobre 2015 une manifestation pacifique à Benghazi, dans l’est du pays, et qui a fait 12 morts et 35 blessés, témoigne de la gravité de la situation dans ce pays voisin. 

Après la destitution du colonel Mouammar Kadhafi, consécutive à une intervention rapide de l’Otan en 2011, personne ne s’attendait pas à ce que la Libye, l’un des plus riches pays du monde à l’époque, devienne du jour au lendemain un fief de Daech et compagnie. Le résultat est tel  que certains Libyens regrettent le règne du « Frère Guide »,  pour la simple raison que le renversement du dirigeant libyen n’a engendré que la montée en puissance des mouvements extrémistes, et dans le pays on attend toujours la démocratie promise. Et oui ! On a vendu du vent à ces pauvres Libyens, qui vivaient autrefois, certes, sous le joug d’une dictature, mais ils ne s’entredéchiraient pas entre eux, comme c’est le cas aujourd’hui.

La_Libye-Sous-Kadhafi
La Libye sous la dictature (infographie réalisée avec easel.ly)

On ne peut pas nier que la politique suivie par le colonel Kadhafi a joué un rôle extrêmement important dans la détérioration de la situation en Libye. Cependant, le pays était stable durant le règne de Kadhafi. Actuellement, le chaos est le lot commun de plusieurs régions de l’ex-Jamahiriya. Des groupes armés qui s’affrontent entre eux ici et là, deux gouvernements qui se disputent le pouvoir central, des millions d’armes qui circulent sans contrôle… En un mot, l’ancienne Jamahiriya est sur le point de devenir une deuxième Somalie, c’est-à-dire un monstre au sein du Grand Maghreb.

La Tunisie et l’Algérie, deux pays frontaliers de la Libye, ont pris la menace au sérieux et ont déjà mobilisé leurs armées, surtout après la circulation des informations sur l’expansion de l’État islamique à leurs frontières avec l’ex-Jamahiriya. Le pire selon le ministère tunisien de l’Intérieur, c’est que Daech en Libye dispose des mêmes moyens que Daech en Syrie et en Irak. L’Algérie de son côté, qui a goûté à plusieurs reprises à l’amertume du terrorisme, tout comme la Tunisie, profite de toute occasion pour mettre en garde la communauté internationale quant aux conséquences de l’échec dans la signature d’un accord de paix entre les parties libyennes en conflit. D’après le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, lors d’un entretien accordé au journal français Le Monde« la situation en Libye est la plus inquiétante de tous les problèmes existants dans la région ».

La Libye post-Kadhafi
La Libye post-Kadhafi (infographie réalisée avec easel.ly)

Pour conclure, personne ne peut prédire l’avenir de la Libye, mais une chose est certaine : l’ex-Jamahiriya qui fascine autrefois devient jour après jour plus instable et fragile, étant donné que les milices gagnent toujours du terrain, les armes continuent de circuler massivement, etc. Le résultat, un pays dangereux pour ses citoyens et qui nuira sans doute à la stabilité d’autres pays, dont la Tunisie, le seul pays arabe sur la bonne voie de la démocratie jusqu’à présent.

La Libye sera-t-elle encore une fois un État prospère, comme cela était le cas avant la révolution historique de 2011 ? Quid de la démocratie ?

Partagez

Commentaires